Amour homme femme

la chasteté est un combat (partie 1)

Dans notre société, on observe une certaine hypocrisie dans le concept de chasteté. On l’associe très souvent à la virginité, qui est attribuée pour la plupart à la jeune femme. Il est de son devoir de se préserver pour « l’heureux élu », son premier amour, son mari. Les papas sont clairs là-dessus. Aucun homme ne doit toucher sa fille, si ce n’est après le mariage.

Le discours est différent lorsqu’il s’agit du jeune homme. Bah voyons ! C’est un homme. Il a « le droit de s’amuser », de se « préparer au mariage », en flirtant avec les filles ici et là. Le jeune homme peut ramener sa copine dans sa chambre et personne ne dit rien à la maison. Par contre, lorsque c’est la jeune fille qu’on surprend en ville avec un homme, main dans la main, c’est un carnage. Elle se cache donc sous son voile comme une fille sage pendant le jour, et textote avec son petit copain la nuit.

Je continue ? Okay.

Les choses ne s’améliorent pas lorsqu’on parle de fiançailles. De nos jours dans la communauté Musulmane, on note un grand laxisme dans les limites que doivent observer les personnes qui veulent se marier. On confond les fiançailles et le mariage, et on permet toute sorte de transgression des règles édictées par Allah et Son messager.

Un homme fiancé va justifier ses échanges frivoles avec sa fiancée par le fait qu’ils se marieront de toutes les façons. La jeune femme, qui désire plus que tout être aimée, va succomber en oubliant qu’elle devrait d’abord obéir à Allah avant d’obéir à son homme.

” Et n’approchez point la fornication. En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin. ” (Sourate 17 Ayah 32)

Qu’Allah swt nous pardonne.

Dans ces cas-là, les conséquences sont malheureuses pour cette union parce que cet amour a été corrompu par la fornication. Dans notre étique religieuse, la fornication et l’adultère portent le même nom : Az Zina.

Entretenir une relation hors mariage est tout simplement un péché grave, et un crime contre la société qui est sévèrement puni. Oui, même s’il n’implique au départ que 2 personnes, il détruit l’intégrité humaine. Laisser libre cours à ses passions ne s’apparente-t-il pas à de l’esclavage à la chair ? En quoi est-ce que cela nous différencie d’un animal, qui obéit à ses instincts lorsqu’il se sent en chaleur ?

Il se peut, en plus, que le couple se sépare. Elle aura donc donné son corps à quelqu’un qui n’allait de toute les façons, pas l’épouser. Au mieux, elle se repentira et trouvera un homme qui ne fera plus la même chose, et au pire, son passé sera exposé sur la place publique. L’homme, lui, continuera ses conquêtes parce qu’on n’aura jamais à lui demander s’il est « vierge », avant d’épouser une fille.

Je continue ? Okay.  

Lorsqu’on réduit cette union sacrée établie par Dieu à un simple papier qu’on doit signer devant les autres, on se donne la permission de décider ce qui est permis et ce qui est interdit avec l’être aimé avant le mariage. Dans une relation qui a commencé avec les rapports hors mariage, l’homme finit par tromper sa femme. C’est un fait. S’il n’a pas su se retenir avant le mariage, il ne se retiendra certainement pas après le mariage. Il est habitué à assouvir ses désirs, et ça, les femmes doivent le comprendre.

Le pinacle de cette comédie tourne autour de l’attitude des hommes eux-mêmes. Ces hommes qui laissent libre cours à leurs passions ne supporteraient jamais qu’un autre homme touche leur sœur, leur mère, ou leurs filles. Ils deviendraient fous de colère contre celui qui aurait osé porté atteinte à la chasteté d’une femme qu’ils aiment…

Alors que lorsqu’il s’agit de leur épouse, tout se justifie : « c’est un petit problème, on va gérer. »

Je vous demande pardon?

Notez bien

Je ne me déclare pas parfaite en dénonçant la fornication. Nous ne sommes pas faits de pierre, nous ne sommes pas non plus des anges. Mariés ou pas, la tentation frappe constamment à notre porte. Nous y sommes exposés jour et nuit à la télé, sur les réseaux sociaux, sur les panneaux publicitaires, et partout où vivent les hommes et les femmes.

Malgré mes propres faiblesses, je me dois tout de même d’attirer l’attention des uns et des autres, et de rappeler que ce qu’Allah a interdit reste interdit, même si tout le monde le fait. Ce qu’Il a permis, reste permis, même si peu de personnes le font.

Qu’Allah nous pardonne et nous rende meilleurs. Amine

Rose Du Sahel

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s