tu as ta propre personnalité

“Fati, tu as ta propre personnalité”. Ma maman me l’a dit alors que j’étais en sanglots devant elle. Je venais de me disputer pour une énième fois avec ma voisine. J’avais alors 13 ans. Ma relation avec ma voisine était assez compliquée. Étant adolescente, je n’avais pas assez confiance en moi-même. 

A l’école, il y avait moi, et il y avait les autres 

J’étais la fille sympa qui avait sa petite vie. Je vivais dans mon monde imaginaire de Mangas et de conte de fées. J’étais une intello, toujours en train d’écrire, ou en train de dessiner. Contrairement à moi, ma voisine était la fille la plus populaire du collège. Elle avait un groupe d’amies toutes aussi scintillantes les unes que les autres. Elles étaient des filles à qui tout semblait avoir réussi: Elles étaient plus jolies, plus dégagées, elles avaient plus de dragueurs (LOL), et elles s’en sortaient aussi dans les études. Je me comparais constamment à elles. J’avais toujours l’impression de ne pas être “assez”. Assez courageuse, assez intelligente, assez belle pour réussir. Ce conflit intérieur s’extériorisait très souvent quand je clashais avec avec ma voisine à la maison. On se disputait tout le temps, et je rentrais chez moi en pleurant. 

Fati, tu as ta propre personnalité

Ma mère me fit comprendre qu’il fallait que j’accepte d’être différente des autres. Je n’avais pas à ressembler à telle ou telle personne pour être respectée. Je devais respecter ma propre personne, avec mes qualités et mes défauts. C’était encore un concept très abstrait pour moi à l’époque, mais aujourd’hui, à la veille de mes 30 ans, cette leçon de vie ne peut s’avérer que plus véridique. 

Des échos de mon adolescence au travail

Souvenirs du Texas

Dans mon entreprise, je fais partie de l’équipe commerciale. Chaque commercial à ses techniques de vente, sa manière d’aborder, et même de réprimander le client. Je suis, selon les dires de mes collègues, “la plus douce” et ce n’est pas forcément un compliment. Dans le domaine industriel, et surtout dans le contexte Camerounais, on attend d’un commercial qu’il frappe du point sur la table, qu’il durcisse le ton, et qu’il réprimande sans pitié. 

Je ne suis pas de cet avis. Ayant vécu avec des Américains pendant longtemps, j’ai pris du plaisir à adopter leurs bonnes manières. Pour moi, servir un client, c’est tout d’abord, trouver une solution adaptée à son problème. Ensuite, c’est échanger avec lui dans le strict respect et la dignité qu’il mérite. “Bonjour, Merci, Au revoir”. Ce sont des mots qui se font rares dans le domaine du service client au Cameroun. La politesse est prise à la limite, comme de la faiblesse. 

Mes collègues m’ont souvent reprochée d’être “trop gentille”. C’est comme si l’on devait devenir un homo sapiens pour faire une bonne vente. C’est incroyable. Le plus drôle dans tout ça, c’est que la plupart des clients s’accommodent à cette dureté. Plus le commercial est dur et autoritaire, plus il inspire confiance. Plus il gronde et tire les oreilles au client, plus celui-ci obtempère. 

“Si on vous explique le Cameroun et vous dites que vous avez compris c’est qu’on ne vous a pas bien expliqué”

Adage Populaire

J’ai ma propre personnalité

S’il faut que je délaisse mes bonnes manières pour que je puisse prouver quelque chose aux autres, alors je me retrouve à la place où j’étais à l’âge de 13 ans. 

“J’aimerais tellement être comme les autres, faire comme les autres, et réussir comme les autres”. 

Mais non. 

Aujourd’hui, alhamdoulillah, je sais ce que je vaux. Je sais que je ne peux pas modifier ma façon d’être pour accommoder les autres. Plus je suis authentique, plus j’ai la force et la confiance en moi dont j’ai besoin pour avancer. J’essaie aujourd’hui, dans ma vie professionnelle, d’apporter une nouvelle façon de travailler et d’échanger les autres. Je veux montrer à mon entourage qu’il y a un meilleur moyen de faire les choses. On peut très bien se faire comprendre du client sans avoir à lui crier dessus. On peut très bien obtenir ce que l’on recherche sans avoir à sortir la machette et les crocs tout le temps. 

On attire qui on est

Au début, c’était difficile pour moi de me frayer un chemin, mais au fur et à mesure que je pratique l’art de la vente, je me rends compte que j’attire des clients qui ont des personnalités similaires à la mienne. J’attire des clients qui ont un esprit ouvert, un esprit de voyageur, et qui s’attendent justement à être traités avec dignité et respect. Ces clients, je les appelle “ la crème de la crème”. Les personnes qui apprécient un service cinq étoiles, et avec qui tout est clair en quelques échanges. Ca fait du bien d’être soi-même, et ce, dans tous les domaines de la vie. 

Merci maman pour ce précieux conseil. 

Je vous invite à appliquer ce conseil dans votre propre vie: Vous avez propre personnalité, et c’est à vous de valoriser qui vous êtes afin d’apporter un plus aux autres. 

Bien à vous

Rose du Sahel 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s